Home | Verein | D | F

"Home" (2008)

Ursula Meier, avec Isabelle Huppert, Olivier Gourmet, Adélaïde Leroux, Madeleine Budd, Kacey Mottet Klein (Suisse, Belgique, France 2008)

« Home est surtout intéressant par sa manière de nous faire revivre les terreurs anciennes, précoces, celles de l’enfance, quand le rêve nous oblige à visiter les lieux familiers –cuisine, salle de bain, chambres – sous l’aspect sinistre d’une scène de meurtre immémoriale. » (Libération du 28 octobre 2008).

Marthe et Michel (Isabelle Huppert et Olivier Gourmet) sont les parents de Judith, Marion et Julien. La famille et son chat habitent une maison isolée, située au bord d’une autoroute qui n’a pas été mise en service. La famille utilise cette bande asphaltée comme le prolongement de sa propriété. Elle vit isolée du monde, dans une sorte de no man’s land qui accentue sa félicité toute fusionnelle. L’ouverture de l’autoroute au trafic met un terme à cet étrange Eden. Enfer de vacarme et de pollution. Partir ? La mère s’accroche à sa demeure et la famille tient bon. Les enfants s’adaptent à cette nouvelle situation qui devra être vécue jusqu’au bout… Le film oscille entre comédie et vision cauchemardesque. Ursula Meier, dans ce premier long métrage nous offre « une parabole sur la cellule familiale, sur les réflexes de replis intimes ou nationaux ou sur les angoisses qui accompagnent tout changement… » (Thierry Jobin, Le Temps du 15 octobre 2008).

Ursula Meier est née en 1971 à Besançon. Elle est française par sa mère et suisse-allemande par son père. Elle vit depuis de nombreuses années à Bruxelles. Elle a déjà réalisé plusieurs films: deux films documentaires, un court-métrage et un film de fiction pour Arte.

" Avant de faire du cinéma, Ursula Meier a fait beaucoup de sport, à un niveau compétitif : de l’athlétisme, du basket, du ski, du handball. Un jour, à 13 ans, elle tombe en arrêt devant l’Argent, le dernier film de Robert Bresson : « J’ai eu un choc, je n’ai rien compris, mais le travail sur le son, l’image, les montages, le jeu non-naturaliste des acteurs, ça m’a rempli d’une émotion que je ne connaissais pas. » (…) Elle fait de la photo très jeune, une école de cinéma à Bruxelles, devient assistante du Suisse Alain Tanner. Home, incroyablement maîtrisé et mature, trahit une obsession du contrôle hantée par un fort désir de lâcher prise : « Je vis entre trois pays, toujours à la frontière, je me sens à la fois germanique et foutraque, je cherche à toucher les limites, dessiner un cadre très précis et attendre qu’il se passe quelque chose de totalement imprévu. " (Libération du 28 octobre 2008)

En ouverture des Journées philosophiques de Bienne, le film d’Ursula Meier proposera, à n’en pas douter, un regard fort sur le thème choisi. Le débat sera alors lancé….

Béatrice Sermet-Nicolet