Home | Association | D | F

Journées philosophiques de Bienne 2005: Conférenciers

 

Albert Jacquard, Paris (*1925)

Le généticien et philosophe français Albert Jacquard s'est fait un nom en tant que humaniste et altermondialiste. Il a travaillé entre autres pour le Ministère de la santé et l'Institut d'étude démographique français ainsi que l'Organisation mondiale de la santé. Oeuvrant parfois aussi à l'université de Genève, il enseigne actuellement à Paris et parraine la «Haute Ecole Albert Jacquard» à Namur, en Belgique. Surnommé «l'Abbé Pierre laïque», Jacquard se déclare agnostique, mais s'intéresse intensément aux questions de foi et attaque souvent avec ferveur les religions et particulièrement celles fondées sur une révélation. Dans «Dieu?» (2003), il traite les conséquences des découvertes scientifiques sur la foi. Quelques titres : A toi qui n'es pas encore né(e), De l'angoisse à l'espoir, L'équation du nénuphar, J'accuse l'économie tiomphante, Petite philosophie à l'usage des non-philosophes, La science à l'usage des non-scientifiques, le souci des pauvres. «Mon objectif, ce n'est pas de construire la société de demain, c'est de montrer qu'elle ne doit pas ressembler à celle d'aujourd'hui.» (A. Jacquard)


Eberhard Jüngel, Tübingen (*1934)

Natif de Magdeburg, Eberhard Jüngel a suivi ses études de théologie à Naumburg, Berlin, Zurich et Bâle. Dans les années soixante, il a enseigné entre autres la théologie systématique et la dogmatique à Berlin et Zurich. Depuis 1969, il est professeur titulaire pour la théologie systématique et la philosophie de la religion à Tübingen, et revêt depuis 1987 le poste de recteur («Ephorus») du «Stift» évangélique de Tübingen. Dans ses écrits, Jüngel oppose aux emprunts dans la philosophie laïque faits par certains théologiens modernes, la force pure des Evangiles. Dans la mesure où l'église l'applique dans l'esprit du Christ, la parole de Dieu protège à son avis contre les pensées totalitaires et l'idolâtrie de l'individu. Publications récentes: Beziehungsreich. Perspektiven des Glaubens (2002), Anfänger. Herkunft und Zukunft christlicher Existenz (2003), Ganz werden. Theologische Erörterungen V (2003), Predigten 1-4 (2003).


Ulrich Knellwolf, Zollikon (*1942)

Le grand public connaît le théologien Ulrich Knellwolf surtout en sa qualité d'auteur de romans policiers. Il a étudié la théologie évangélique à Bâle, Bonn et Zurich. D'abord pasteur, il a passé son doctorat à l'université de Zurich avec une thèse sur le rapport entre le pastorat et l'oeuvre narrative chez Jeremias Gotthelf. L'étude du mal dans la bible ainsi que l'(im)moralité humaine rencontrée dans son quotidien de pasteur, ont conduit Knellwolf au roman policier. L'expérience selon laquelle le mal prend racine dans la normalité est un thème récurrent dans son oeuvre. Choix de publications: Roma Termini (1992), Tod in Sils Maria (nouvelles, 1993), Klassentreffen (1995), Adam, Eva und Konsorten - 16 biblische Kriminalfälle (1996), Den Vögeln zum Frass (2001), Sturmwarnungen (2004). «J'ai plus appris sur le péché chez Georges Simenon que dans les écrits théologiques dont je me suis alimenté.» (U. Knellwolf)


Denis Müller, Lausanne (*1947)

Originaire de Neuchâtel, Denis Müller a étudié la théologie à Neuchâtel, Bâle, Munich et Tübingen, il a oeuvré en tant que pasteur et formateur d'adultes, et siégé dans diverses commissions d'éthique. Depuis 1988, il est professeur d'éthique théologique à la Faculté de théologie de l'Université de Lausanne. Denis Müller se considère comme un généraliste et un passeur de frontières, et il se dit méfiant à l'égard des intellectuels dans leurs tours d'ivoire. Publications récentes: L'éthique protestante dans la crise de la modernité (1999): Les passions de l'agir juste (2000), Puissance de la Loi et limite du Pouvoir (essai sur Calvin, 2001), Wert und Würde von «niederen» Tieren und Pflanzen (2001, avec A. Arz de Falco), Mourir...et après? (2004, éditeur, avec D. Marguerat).


Marit Rullmann, Gelsenkirchen (*1953)

Marit Rullmann a étudié la philosophie et l'allemand à Bochum. Elle travaille en tant que philosophe libre, écrivaine, entrepreneure culturelle et collaboratrice scientifique pour l'organisation éducative de la confédération des syndicats. Depuis plus de 15 ans, elle dirige des "Cafés philos" dans la Ruhr. Dans ses publications scientifiques, elle s'est consacrée à la littérature, à la théorie des médias et à la philosophie féministe. Son traité en deux volumes "Philosophinnen" (T. 1: Von der Antike bis zur Aufklärung, T. 2: Von der Romantik bis zur Moderne, Suhrkamp 1998) est considéré comme un ouvrage capital de la philosophie féministe. Depuis plusieurs années, une exposition itinérante basée sur cet œuvre circule en Allemagne et en Autriche. Autres publications: "Frauen denken anders - Philo-Sophias 1x1" (oeuvre commune avec W. Schlegel), Sophias Weisheiten (2004).


Wolfgang Wackernagel, Genève (*1956)

Wolfgang Wackernagel a suivi des études de philosophie, de philologie et d'histoire des religions à Genève et Munich. Il a passé son doctorat avec une thèse sur la vie du mystique dominicain Maître Eckhart et a publié également des oeuvres de poésie. Une des préoccupations majeures du professeur à l'Institut genevois de Symbiosophie («La sagesse du vivre ensemble») est la promotion de la pensée philosophique dans la vie publique. Il participe donc régulièrement à des émissions de radio et de télévision. Principales publications: Imagine denudari. Éthique de l'image et métaphysique de l'abstraction chez Maître Eckhart (1991), La texture de l'image: du calligramme au fractogramme (1991).


Simone Zurbuchen, Fribourg (*1960)

Simone Zurbuchen a étudié la philosophie et l'Allemand à l'université de Zurich, et elle a enseigné à Potsdam et Zurich, où elle a rendu sa thèse en 2000. Depuis 2003, la spécialiste en philosophie, politique et société du 18e siècle est professeure associée au Département de philosophie de l'Université de Fribourg. Dans son livre «Patriotismus und Kosmopolitismus. Die Schweizer Aufklärung zwischen Tradition und Moderne» (2003) elle défend la thèse selon laquelle le siècle des Lumières en Suisse revêt un caractère propre par rapport à celle des pays voisins. Choix de publications: Naturrecht und natürliche Religion. Zur Geschichte des Toleranzbegriffs von Samuel Pufendorf bis Jean-Jacques Rousseau (1991).