Home | Association | D | F

Le Bonheur paradoxal. Essai sur la société d’hyperconsommation

Gilles Lipovetsky

Sous-tendu par la nouvelle religion de l’amélioration continuelle des conditions de vie, le mieux-vivre est devenu une passion de masse, le but suprême des sociétés démocratiques, un idéal exalté à tous les coins de rue. Nous sommes entrés dans ne nouvelle phase du capitalisme : la société d’hyperconsommation.

Un Homo consumericus de troisième type voit le jour, une espèce de turbo-consommateur décalé, mobile, flexible, largement affranchi des anciennes cultures de class, imprévisible dans ses goûts et ses achats, à l’affût d’expériences émotionnelles et de mieux-être, de qualité de vie et de santé, de marques et d’authenticité, d’immédiateté e de communication. La consommation intimisée a pris la relève de la consommation honorifique dans un système où l’acheteur est de plus en plus informé et infidèle, réflexif et « esthétique ». L’esprit de consommation a réussi à s’infiltrer jusque dans le rapport à la famille et à la religion, à la politique et au syndicalisme, à la culture eu au temps disponible. Tout se passe comme si, dorénavant, la consommation fonctionnait tel un empire sans temps mort dont les contours sont infinis.

Mais ces plaisirs privés débouchent sur un bonheur blessé : jamais, montre Gilles Lipovetsky, l’individu contemporain n’a atteint un tel degré de déréliction.