Home | Association | D | F

Mirjam Neidhart: TORSCHUSSPANIK ( première suisse)

Regards intimes sur la crise de la reproduction

„D’abord, c’était trop tôt; et puis, ça n’était pas le bon moment; et finalement, c’était trop tard.“

Les Suisses disparaissent. Et pas seulement eux : les Italiens, les Allemands, les Hongrois, toute l’Europe rétrécit comme peau de chagrin. Le constat n’a jamais été aussi clair : il faut faire des enfants. Mais qu’en disent ceux et celles qui n’obéissent pas à l’impératif démographique parce qu’ils ne le veulent pas? Ou ne le peuvent pas ? Ou parce qu’un tout autre élément s’en est mêlé?

Les responsables de ce manque d’enfant sont tout(e)s trouvé(e)s : les féministes, par exemple, qui ont mis en question la place naturelle de la femme, au foyer. Ou ces carriéristes égoïstes, qui préfèrent gagner de l’argent plutôt que de s’occuper de leur descendance. Ou alors, si l’on prend la question par un autre bout, le coût d’un enfant, l’insécurité économique, l’inflexibilité des horaires de travail. Loin des slogans, entre le désir d’enfant et la réalisation de ce désir, s’interpose une réalité autrement plus complexe. Mirjam Neidhart a interrogé des personnes bien différentes: ils n’ont jamais voulu d’enfants, ils en ont toujours rêvé, ils en ont perdu, ils sont parents, professionnellement actifs, élèvent leurs enfants seul, à deux, à trois. Les problèmes se ressemblent peut-être, mais pas les solutions: alors que les uns jugent indispensables de concilier vie familiale et vie professionnelle, les autres trouvent « les crèches un lieu extraordinaire ». Les « Regards intimes sur la crise de la reproduction“ de Mirjam Neidhart combinent, en un riche état des lieux de la génération « enfanteuse », des scènes à la logique grotesque, des instants d’une grande tristesse et des gestes désespérés.

Mirjam Neidhart, est née à Bâle en 1965. Elle a étudié à la Scuola Teatro Dimitri et à la Haute école de musique et théâtre zurichoise. Elle a été Oberspielleiterin au théâtre Die Tonne de Reutlingen et travaille depuis 1996 comme réalisatrice et auteure indépendante. Son documentaire Carry on Regardless a été présenté en 2004 aux Journées cinématographiques de Soleure. Lauréate 2005 de la bourse en résidence à Berlin réservée aux auteurs du canton de Zurich, Mirjam Neidhart a enseigné à Zurich et Berlin et a participé en 2006 à la Masterclass MC6 du programme d’encouragement à la dramaturgie de l’ITI-Suisse.

« Torschusspanik » est présenté par l’Ensemble du Théâtre Bienne Soleure. Le texte allemand sera doublé en français.

Mise en scène: Katharina Rupp

Décors: Karin Fritz

Chorégraphie: Norbert Steinwarz