Home | Association | D | F

Journées philosophiques de Bienne 2011 - un plein succès

Les Journées philosophiques 2011 sont déjà passées. Néanmoins, de nombreux discussions,
dialogues, échanges, présentations, vision de film et - bien sûr - les tours de table conviviaux,
auront leures places dans nos souvenirs. Les organisateurs se déclarent très satisfaits du succès
de l'édition 2011 des Journées philosophiques de Bienne et du nombre considérable de specta-
teurs et spectatrices. Voici quelques impressions :

Philotage11_Foto2.jpg Philotage11_Foto4.jpg

Philotage11_Foto7.jpg Philotage11_Foto5.jpg 

Journées philosophiques de Bienne 2011
« Ne crains rien! Tout est sous contrôle! »

Comme les années précédentes, les journées philosophiques de Bienne seront consacrées à un problème qui touche l’ensemble de la société. Cette année, ce sera la conception de l’évaluation et du contrôle qui sera examinée, puisque tous les secteurs de l’activité sociale, de l’école aux soins, en passant par la communication et l’Etat, sont réaménagés selon la conviction largement répandue et ressassée à longueur de documents, que l’évaluation quantitative, le benchmarking et la mise en concurrence, sont gages de qualité, et d’amélioration du fonctionnement des institutions et services publics. L'entreprise est devenue le paradigme de toute activité humaine, le management, la modalité soi-disant seule rationnelle d'organiser les divers champs de l'activité sociale et de réalité vécue, le but principal étant d'optimiser ses performances pour rester concurrentiel.

Ce qui est présenté comme la rationalité de l’homme XXIe siècle est-elle une authentique rationalité ou une idéologie ? La philosophie en est-elle arrivée à ne plus pouvoir défendre les idées de liberté, de sens, de solidarité, de patience, de limites, qu’en se mettant contre l’esprit scientifique, contre les investigations objectives ? La conception managériale est-elle une manière pertinente d’appréhender la réalité humaine du travail ou un leurre, l’illusion mortifère de supprimer l’inattendu, la résistance, et la conscience des rapports humains ?

En quel sens parle-t-on de qualité augmentée quand on a restructuré un champ d'activité selon les principes du management ?

Actuellement les méthodes de contrôle qualité sont assorties d'exhortation à se responsabiliser, à développer son esprit d'initiative et son autonomie. Quel est le sens de ces mots dans ce contexte où l'économie est considérée comme la réalité qui impose ses lois, principalement sa loi de concurrence, et que devient, dans ce contexte, le fondement de la démocratie ?

A l'heure où l'OCDE publie un livre sur le fonctionnement du cerveau, pour donner une justification scientifique à l'idée néolibérale que la classe n'est plus le lieu le plus pertinent pour enseigner et pour apprendre, les défenseurs de l'école comme institution démocratique doivent-ils s'avouer dépassés par de nouveaux savoirs enfin sérieux et efficaces ?

La démarche philosophique à laquelle chacun est convié se veut interrogation sur le sens et les valeurs, dans le dialogue mené avec raison et respect de l'autre ; elle conduira à s'interroger en profondeur sur l'apport et les limites des sciences, neurosciences, sciences économiques, psychologie ou autres sciences humaines et à comprendre quand et comment l'idéologie peut se parer d'une apparence de scientificité. Philosophe, neuroscientifique, psychopathologiste, économiste, se risqueront à s'écouter, à dialoguer, et à construire ensemble une rationalité humaine et sensée du XXIe siècle.