Home | Association | D | F
 

L’intérieur et l’extérieur des limites

Que ce soit dans le sport, en politique, dans la culture, les sciences, la philosophie et les religions, partout et toujours on parle de “nous“. Mais c’est qui, ce “nous“ ? D’où vient ce “nous“ ? Comment est-ce qu’il se développe ? Qu’est-ce que ce “nous“ joue comme rôle ?

La manière de penser “nous“ fait partie de notre vivre-ensemble comme “l’air que nous respirons“. Un “nous“ signifie pour l’individu qu’il est intégré dans la société. Ce sentiment libère des forces, renforce des idées et des stratégies, donne du réconfort et de la sécurité. Mais “nous“ signifie aussi pouvoir se délimiter de ce qui “n’est pas nous“. Sommes-nous des utilisateurs de Mac- ou PC, des supporters EHCB ou SCB, conservateurs ou progressistes, croyants ou athées? Est-ce que nous écoutons de la musique d’Appenzell, de griots ou de la musique dodécaphonique ? Faisons-nous partie de l’avant-garde ou sommes-nous  conservateurs, fonceurs ou classiques ? Et : où imposons-nous des limites ? Avec quels arguments, de quel “droit“ ?

Aux 9e journées philosophiques de Bienne, de multiples aspects de ce “nous“ seront présentés, p.ex. l’aspect psychologique (de combien de “nous“ ai-je besoin ?), culturel (livres, films, musique, pièces de théâtre), sociétal-éthique (“la société ouverte et ses ennemis“), politico-philosophique (quelles sont les valeurs que nous représentons ?), philologique-philosophique (“de ce que nous ne voulons pas parler, nous le taisons“) ces questions seront abordées dans des conférences, des discussions, des workshops et des projets artistiques

Les Journées philosophiques de Bienne s’adressent comme toujours à des laïcs intéressés. Sont inclus le Filmpodium, le Théâtre Orchestre Symphonique Bienne Soleure, SRF 2 (Philosophie-Slam/Sternstunde Philosophie), la Nuit des mille questions, les églises nationales et l’Institut littéraire de Bienne)